BERNARD Néry

BERNARD Néry


Né le 22 / 04 / 20 à Haine St Pierre, bruxellois depuis 1927, il retourne habiter à Nivelle en 75

Amateur de Vol Libre, il construit sans ambition son premier appareil en 1935. Il abandonne l'aéromodélisme à la guerre de 1940. Il est déporté en Allemagne. Après la guerre il refait encore un peut de Vol Libre et abandonne en 1949.  

C'est en entendant les moteurs aux pistes d’Etterbeek en 1956, qui voit raviver son enthousiasme pour l'aéromodélisme et son amour des moteurs.

Il entre au C.A.I. où il construit de belles maquettes volantes tel que le Piper-cub, le Mister Mulligan et le biplan Nieuport 28 de vol circulaire avec lequel il pouvait faire des loopings. Il tâte aussi de l’Acrobatie, puis il est pris par le démon du Team-Racing, qu’il pratiquera avec un acharnement sans égal. Il entre au Flying Crackers Club de Bruxelles  en 1960.

Pendant les années 1957 et 1958, il pratique cette catégorie en compagnie d’Henri Stouffs, qu’il suivit et est ainsi arrivé au top.  

Champion de Belgique en 1958 (moyenne 5’38’’) avec le "Phttt Spit Six" de Henri Stouffs, il fait la 1ère moitié de 1958 et l’autre moitié avec son Isola Bella.  

À cette période, on vole encore à quatre équipes. Aux championnats du Monde d’Etterbeek en 1958, aux entraînements, il est encore meilleur que Stouffs classé troisième, mais il ne parvient pas à éviter toutes les embûches provoquées par les autres pilotes. Bien que placé 5ème, c’est pour lui une déception. Il a encore comme mécano cette année-là un certain Baudhuin.

En 1959, il fait la 1ère partie de l’année avec son Isola Bella 2 et utilise ensuite son n° 3. Mais malheureusement Bernard a souvent des difficultés à garder un équipier valable. Car il est très exigeant et cela n’arrange rien. Si tous les mécanos sont dévoués, ils n’ont pas tout le savoir-faire d’un champion. En novembre 1959, il a un excellent mécanicien assez jeune du nom de Mercier et qui, à l’approche du Critérium d’Europe, le laisse tomber, paralysé par peur d’être l’équipier de ‘’Monsieur Bernard’’. Heureusement Néry rencontre Henri Stouffs la veille des Championnats et celui-ci lui pro-pose son aide, ce qui leur permet de remporter la première place en Team Racing avec le célèbre Star Tiger et un temps de 4’27’’(Il y a 20 participants). Il est encore Champion de Belgique en 1959.

En 1960, pour le Championnat du Monde à Budapest, il a Georges Lietzmann comme équipier. À ce mécanicien-là, il n’a rien à expliquer. Néry se souvient : cela n’est pas facile, malgré la première manche qui nous met d’office en tête du classement. Arrive la finale que nous manquons de perdre, car sur la piste pendant la traction des câbles lors d’un essai de moteur, qui hurle tellement que l’hélice de vol éclate, tous les réglages sont fichus, et malgré tout, très vite, nous refaisons plus ou moins les réglages. Mon avion Star Tiger était formidable pour l’époque. Temps 4’35’’ (34 équipes participantes). En 1960, Néry devient pour la troisième fois Champion de Belgique.

En 1961, il ne se présente pas aux concours car il est très fatigué. Ceci pose des problèmes pour la sélec-tion du 11ème Critérium des As. En 1962, a lieu le Championnat du Monde à Kiev où, avec son ami Raymond Verdren, il participe avec un nouvel avion sans coque et monoroue. Ils sont disqualifiés pour des motifs très discutés, c’est l’homme à (a)battre. En 1963, à Genk son nouvel avion est l’objet de critiques pour sa ‘’cabine vitrée’’ aérodynamique. À noter qu’à Budapest l’année suivante, de nombreux modèles sont présentés et admis avec ce système.

Après la dissolution de la Fédération de Petite Aviation Belge en 1964 et les divisions des Fédérations belges, il s'inscrit à la Fédération Belge de Club d’Aéromodélisme qui ne peut obtenir les pouvoirs sportifs. Il est de ce fait écarté des Championnats et cet abandon forcé est fâcheux pour le vol circulaire Belge de 1964 à 1969. En 1964, il est nommé Administrateur de la F.B.C.A. Il fait cette année-là équipe avec Serge Vecile et ils sont inscrits au Technique Air Model de Bruxelles. Au concours international de Bochum, ils réalisent 4’35’’ et sont deuxième en finale avec 9’58. Á l’Inter de Genk, ils sont encore deuxième avec 4’41’’ en éliminatoire et 9’58’’ en finale. Leur moyenne de 64 est de 5’17’’. En 1966, on le retrouve avec comme équipier Walgraeve et la même année au Critérium du Limbourg, il fait équipe avec Julien Delrue (Père de Michel Delrue). En 1967, il arrête le Team Racing quant vient la règle des 7 cm³ de réservoir et s’amuse en concours V.L.  Nous le retrouvons comme pilote pour Godfroid Maçon en 1969 dans les concours communs « Associa-tion Belge d’Aéromodélisme » – « Fédération Belge des Clubs d’Aéromodélisme ».

Le Star Tiger


Néry fut un fin constructeur qui sut choisir au bon moment le meilleur moteur de l’époque : l’Oliver Tiger. Il trouva la bonne formule de cellule. Ses résultats eurent peut-être été plus réguliers s’il avait toujours put bénéficier du même mécanicien du même niveau que lui. Il fit partie de l’élite pendant quelques années, mais pendant son absence la catégorie avait continué à évoluer. Après ses résultats de 1970 et l’âge venant, il abandonna progressivement la compétition tout en restant un des plus ardents supporters du vol circulaire. Il se déplace toujours pour regarder des concours internationaux, ceci pour dire que la passion est toujours là.  Il fut sans conteste le roi du Whipping jusqu ’en 1960, année de son interdiction L’Oliver MK3, fut le moteur-phare des années 57 à 64, tant qu’il y avait encore un réservoir de 10 cm³.  

BERNARD Néry


Pour certains, Bernard était fort peu communicatif et il se justifiait en disant que lui il avait dû chercher pour obtenir des bons résultats et ne voyait pas pourquoi il devrait en faire profiter les autres. Mais au fond n’a-t-il pas été quand même le plus copié ? Personnellement je l’ai eu comme ami à partir des années 1968. Nous discutions ouvertement des pro-blèmes, mais la bonne question à se poser est : la communication doit-elle toujours être à sens unique ?

Avec les avions de vol d’intérieur en catégorie Indoor EZB Il est repris par un nouveau virus depuis 1990. Il pratiqua cette catégorie en concours avec assiduité. Il figura toujours au Palmarès National de 1996 à 2000. Il fut déçu d’être toujours un coup en retard par rapport aux modélistes étrangers de haut niveau. Cela entre autre à cause du manque de disponibilité de salles et de soutien des fédérations qui n’ont pas l’ambition d’apporter une aide sportive (chacun pour soi).

Membre de divers clubs : ACI 1958 / 1959 C.A.I ? / 1960 F.C.C.B ? /1964 TAM/1969 P.A.L / C.A.P. /  

Référence :
Model Avia :
- Page 181 : Photo d’un avion de Bernard
-Page 1961 : Article sur le «Star Tiger» 60
-Page 291 : Bernard était fort peu communicatif
-Page 194 : Isola Bella
-Page 530/578/600 : Article de Bernard  
-Page 533 : Article de Bernard sans Whipping  
-Page 259 : Reprise du Team Racing par Bernard
Il a écrit plusieurs articles dans Fédé-Magazine (F.B.C.A. 1964-1966).  

Jean Dessaucy.


Isola Bella


Phttt Spit Six



Retour à la liste des aéromodélistes